X

La Nantaise Du Web

Agence Web : Prestations de Eréputation

Déréférencement et droit à l’oubli

Internet est un lieu immense de stockage et de publication de données. Il est possible d’y retrouver donc ses données personnelles sur un article ancien ; une information désuète et de vouloir que l’ancienne publication soit supprimée. Heureusement que le droit à l’oubli, et plus précisément le déréférencement, existe pour vous aider à rendre inaccessible le contenu qui vous dérange.

Qu’est-ce que le droit à l’oubli ?

Le droit à l’oubli n’est plus seulement un concept depuis qu’il est devenu une réalité palpable en mai 2014, et qu’il a été adopté par l’ensemble des pays de l’Union européenne.

On appelle ainsi droit à l’oubli, la possibilité qui est donnée aux internautes de faire oublier une mauvaise réputation ou faire disparaître un avis Google, un commentaire, ou un article quelconque des pages des résultats des moteurs de recherche.

Il s’agit donc de pouvoir conserver sa vie privée même sur internet, où les informations étaient censées être ineffaçables, donc sans possibilité de tourner la page.

Le droit à l’oubli est une loi européenne, étant donc en vigueur uniquement dans les territoires d’Europe. L’oubli consiste à faire appel à l’effacement des données sur un site web européen, car, en dehors de cette zone, il n’y a pas de législation pouvant obliger un propriétaire de site internet à appliquer le droit à l’oubli. Pour ce qui est du déréférencement, les moteurs de recherche s’y conforment tous.

Comment fonctionne le déréférencement ?

Dans le droit à l’oubli, on retrouve deux méthodes d’application que sont l’effacement et le déréférencement. Le premier consiste à s’adresser directement au gestionnaire d’un site internet afin de lui demander la suppression pure et simple d’un contenu indésirable :

  • Articles ;
  • Audio ;
  • Images ;
  • Vidéos ;
  • Commentaires, etc.

Le déréférencement consiste, quant à lui, à notifier à Google ou à un autre outil de recherche que l’on ne souhaite plus voir diffuser certains résultats de recherche menant vers du contenu vous concernant. Les moteurs ont ainsi mis à disposition des internautes, des formulaires pouvant aider à leur signaler aisément les contenus que l’on souhaite voir déréférencés au plus vite.

Il appartiendra à Google et à ses concurrents d’évaluer la pertinence de la demande et d’accepter de déréférencement. Le moteur peut également juger qu’elle ne doit pas déréférencer un lien. Le CNID pourra jouer le rôle d’arbitre en cas de refus d’un déréférencement justifié.

Demander l’aide d’une agence de réputation pour entreprise ou particulier

La mission d’une entreprise e-réputation est de faire en sorte de rendre votre présence en ligne dénuée de toutes références indésirables. Pour ce faire, ce genre de professionnel fait tout d’abord l’état des lieux avant d’employer diverses méthodes pour l’effacement, le déréférencement ou l’étouffement de l’information indésirable.

La demande d’un tel service se trouve être le chemin le plus court pour obtenir satisfaction, et profiter pleinement d’une loi déjà favorable et applicable à toutes les entités évoluant sur internet, dès que celles-ci sont installées dans la zone de l’UE.

La vie privée est importante à protéger et c’est là tout l’intérêt du droit à l’oubli et du déréférencement en particulier. Si vous ne savez pas par où commencer, que vous avez des doutes sur la manière de faire valoir votre droit à l’oubli, faites appel à un consultant plutôt que d’en faire une gestion maladroite.

Le «droit à l’oubli» numérique ne s’applique pas dans le monde.

-: